Épisode 2

Sur les traces du Tigre bleu

Fermer

95 commentaires sur Épisode 2

    1. Performance magistrale d’Emmanuel Schwartz, mise en scène riche, fine, convaincante, scénographie juste pour soutenir un texte qui a eu des envolées formidables. Bravo! E. Schwartz… vraiment.

    2. J’ai assisté hier à la performance magistrale d’Emmanuel Schwartz. Quel spectacle extraordinaire! Il faut le faire connaître à toute la francophonie. Pourquoi pas une tournée au Québec et en Europe? Je suis persuadée qu’il ferait fureur. Nous avons adoré notre soirée.

    3. Texte d’une grande richesse et d’une grande justesse. La performance d’Emmanuel Schwartz est époustouflante.

      1. Dans le décor nu comme une peau usée, un monde ancien, Emmanuel Schwartz brillant interprėte et révėle le caractėre impitoyable d’Alexandre. Laurent Gaudé explore l’âme du personnage et d’une vie de conquête. Son texte maitrisé, juste et profond. J’ai grandement apprécié. Merci à vous tous.

    4. Un ami m’avait vivement recommandé cette pièce. Il avait raison. C’est un texte d’une force et d’une beauté rares, magistralement rendu par un acteur d’exception. Les éclairages d’une grande subtilité accompagnent magnifiquement le texte.

    5. Quelle performance d’Emmanuel Schwartz!
      Une pièce extraordinaire !
      La beauté et la richesse des mots que parfois on tend à oublier.
      Merci!

  1. J’ai beaucoup aimé cette pièce que j’avais lue pour notre cercle de lecture de Lisez l’Europe de l’Institut Goethe. J’ai aussi assisté à l’entretien avec Laurent Gaudé chez Gallimard.

    J’ai été renversée par la merveilleuse interprétation d’Emmanuel Schwartz. Quel acteur fabuleux !. Un tour de force!

  2. Une soirée mémorable. Un grand acteur qui nous a tenu en haleine du début à la fin. Sa gestuelle,
    La maîtrise de sa voix est exceptionnelle d’autant plus que le texte n’était pas évident à rendre.

  3. J’y était hier et je suis subjuguée par cette performance d’Emmanuel Schwartz. Quel talent et quel beau texte de Laurent Gaudé. Incroyable comme performance. Il m’avait déjà séduite dans l’illiade cet automne et il y a quelques années dans Alfred. Quel grand acteur!

  4. Un Grand texte de Gaudé, une Grande performance de Schwartz et une mise en scène chirurgicale de Marleau qui ouvre l’espace à un gigantesque Alexandre. Épique!

  5. Une autre très belle soirée au Quat’Sous
    Notre première année, chaque fois émerveillé par le choix des oeuvres et les acteurs.
    Merci pour cette performance Emmanuel Schwartz

  6. Denis Marleau a merveilleusement mis en scène ce magnifique texte de Laurent Gaudé magistralement interprété par le Grand Emmanuel Schwartz.

  7. J’y étais hier avec mes deux filles et nous avons toutes les trois apprécié au plus haut point l’immense talent d’Emmanuel Schwartz, quelle présence, quelle intensité! Et ce texte de Gaudé avait de quoi l’inspirer Mise en scène dépouillée et décor intéressant. Nous avons passé de très beaux moments en sa compagnie.

  8. Moment de grâce! Cette maîtrise de la voix, du geste, cette incarnation du gigantesque avec la fragilité de la mort! Merci M. Schwart de partager votre talent avec autant de générosité. Votre polyvalence m’éblouit à chaque fois..

  9. Quel spectacle éblouissant! Un texte très poétique de Laurent Gaudé mis en scène magistralement par Denis Marleau et Jasmine Dubé et joué par un Emmanuel Schwartz au sommet de son art. Il faut aussi mentionné la très belle musique de Philippe Brault. Un moment de théâtre inoubliable.

  10. Merci à Emmanuel Schwartz, Gaudé et Marleau! C’est une joie intense pour moi d’avoir assisté à ce spectacle.
    Tous les collaborateurs à cet pièce devraient recevoir une médaille selon moi. 😀
    Emmanuel Schwartz est un grand acteur.

  11. J’ai été subjuguée par l’intensité du jeu d’Emmanuel Schwartz et ravie et émue par l’élégance extraordinaire de la langue de Laurent Gaudé. Quel magnifique moment d’histoire ! J’ai eu l’impression par moment d’être le compagnon d’armes de ce conquérant ! Merci.

  12. Félicitations pour la rencontre culturelle de Laurent Gaudé à La Librairie Gallimard le 19 avril dernier avec plusieurs personnes entourées de milliers de livres nous préparant à merveille d’assister à la représentation théâtrale.

    Quant à la pièce, la présence sur scène d’Emmanuel Schwartz pendant 1h30 et surtout, seul, fait que Le Tigre Bleu de l’Euphrate est un chef d’oeuvre théâtrale sans oublier la contribution de toute l’équipe de création.

    Je souhaite que cette création puisse bénéficier de représentations supplémentaires et d’une tournée au Québec.

  13. Un spectacle magique et une performance exceptionnelle de la part de Emmanuel Schwartz. Une mise en scène toujours magistrale de la par de Denis Marleau. Hier, j’ai passé un moment inoubliable, J’en suis ressortie éblouie par le jeu de l’acteur et la musique, j’étais sans voix, assommée par les mots de Laurent Gaudé. Merci au Théâtre de Quatre-Sous.

  14. J’ai été impressionnée, captivée et touchée par la magnifique pièce Le Titre bleu de l’Euphrate. Merveilleuse mise en scène mettant en valeur le texte et une interprétation impressionnante de nuances d’Emmanuel Schwartz. Cette soirée a été un très grand moment de théâtre pour moi. Merci!

  15. J’ai trouvé la performance d’Emmanuel Schwartz plutôt convaincante. Un texte riche et complexe, Emmanuel à sus varier son ton et exprimer ses états d’âme avec une fluidité impressionnante.

  16. Toute une performance d’Emmanuel Schwartz ! Une soirée mémorable qui donne le goût de revenir au Quat`Sous !

  17. Un spectacle mémorable, tout en subtilité, avec une mise en scène fluide, et un grand acteur, jouant aussi bien de sa voix que de son corps. Toute une chorégraphie en somme ! Merci !

  18. Le Tigre bleu de l’Euphrate, une pièce où un Alexandre Le Grand, mourant, défie la Mort ? Cette proposition du 4-Sous était déjà gagnée d’avance pour moi avec en plus Emmanuel Schwartz dirigé par Benoit Marleau.
    (mon commentaire est trop long = tant pis, je coupe)
    Enfers et Damnations ! … mais si je ne crois pas en dieu avec un grand D depuis que j’ai l’âge de raison, je crois au dieu des Enfers. Qu’on l’appelle le Diable, Satan ou Hadès. Oui, j’y crois parce que je le rencontre tous les jours partout chez les autres et dans mon âme, contrairement à (D)ieu.
    Enfers et Damnations ! Parmi les auteurs et artistes qui se sont aventurés jusqu’aux portes des Enfers, j’avais retenu Dante et Rodin. Et voilà que la proposition du 4-Sous me conduit jusqu’à Laurent Gaudé. Par avance, je me précipite sur cette idée d’une promesse de dialogue avec la Mort.
    Je lis «Les Oliviers du Négus», «Le Tigre de l’Euphrate» en même temps que «La Porte des Enfers» … Et j’éprouve de la reconnaissance devant l’oeuvre de Laurent Gaudé qui me confirme que si on ne le fait pas de son vivant, la Mort lorsqu’elle nous rattrapera, nous laissera sans voix et sans voie.
    Une oeuvre qui me confirme que je ne rêve pas lorsque j’aperçois la Mort de temps à autre, dans une situation ou dans une autre … depuis que j’ai conscience de la finalité de mon existence. Et que, en même temps, je sais que je vivrai tant et aussi longtemps que un être vivant sur terre aura une pensée pour la trace que j’aurai laissée.
    Je n’attends pas la Mort avec impatience. Mais je suis ouverte à cette discussion qui durera une fraction de seconde ou quelque temps, mais pas trop, parce je n’ai pas de patience pour les discussions qui tournent en rond.
    Merci Laurent G., Bonoit M., Stéphanie J., Emmanuel S., … à toute l’équipe de concepteurs et techniciens, au Théâtre de 4-Sous et à son DA, Olivier K.

    1. Monsieur DENIS Marleau, excusez-moi d’avoir fait une erreur sur votre prénom. Une distraction de ma part ET malheureusement, cette application ne permet pas les corrections.
      Suzanne L.

  19. Quelle belle pièce. Parfaite. La conjonction d’un texte admirable, d’une mise en scène d’un précision remarquable et d’un acteur au sommet de son art pour ne pas dire exceptionnel.
    Bref, la meilleure pièce de la vingtaine vue cette année.
    Merci pour ce beau cadeau.

  20. Performance magistrale d’Emmanuel Schwartz, mise en scène riche, fine, convaincante, scénographie juste pour soutenir un texte qui a eu des envolées formidables. Bravo! E. Schwartz… vraiment.

  21. Je connaissait les romans de Laurent Gaudé, je ne connaissait pas son théâtre.
    Une découverte.
    Le Tigre Bleu de l’Euphrate : un texte, une performance et une mise en scène à la fois intimes et extrêmes…

  22. Extraordinaire spectacle, d’une tenue rare, Beauté de la langue, évidemment, performance d’acteur extraordinaire, M. Schwartz fait ce qu’il veut de sa voix, de son souffle, dans sa fragile enveloppe corporelle, il soulève des armées entières et nous emporte jusqu’au fond du royaume d’Adès. J’ai éprouvé aussi un immense plaisir de voir cette salle pleine, sans un siège de libre, un public tendu dans l’attention, captivé, présent pour un spectacle de si grande mais très exigeante qualité, ici à Montréal. Quel réconfort dans ce monde si superficiel et guimauve. Ce spectacle ira-t-il à Avignon, il le mérite grandement! Emmanuel Schwartz est largement à la hauteur. Vous devriez en faire un CD, enregistrez ce spectacle, ce serait fantastique pour nous tous, pour écouter et réécouter ce texte avec la plus belle voix possible! S’il vous plaît, s’il vous plaît!!

  23. La pièce est à couper le souffle. Emmanuel Schwartz est juste magistral. La mise en scène est simple mais tellement efficace pour nous plonger dans l’antichambre de la mort. Certainement une des meilleures pièces de l’année et probablement la plus marquante. À voir absolument.

  24. Un moment d’extase à écouter Emmanuel Schwartz nous raconter la vie d’Alexandre Le Grand. Éblouissant de vérité. Du très grand théâtre. J’en suis sortie renversée. Merci pour cette sublime soirée.

    1. Emmanuel Schwartz a relevé le défi avec brio! 90 minutes d’intensité à magnifier un conquérant mystique, rendre vie au fabuleux texte lyrique de M. Gaudé, une présence lumineuse. Merci Denis Marleau!

  25. Une pièce extraordinaire, bouleversante grâce au talent d’Emmanuel Schwartz. Excellente mise en scène de Denis Marleau. J’ai lu la plupart des romans de Laurent gaudé, un de mes auteurs préférés . mais je ne connaissais pas son théâtre.
    Je vais souvent au festival d’Avignon et j’espère y voir cette pièce avec ce comédien.
    Bravo encore

  26. J’ai déjà vu quelques pièces avec Emmanuel Schwartz en tant qu’acteur…quel grand artiste! Un merveilleux Alexandre le Grand, un excellent texte et que dire de la mise en scène sinon qu’elle est géniale. Un très beau moment de théâtre. Merci au Quat’Sous!

  27. Une heure trente; un monologue d’une heure trente, diantre! Et une scène vêtue, revêtue d’atour bien simple : un drapé l’a ceinture puis en son centre, un lit. Contrevenant à la convention théâtrale, le comédien fait dos à la salle et murmure, contraignant l’assistance à un surplus d’attention, à se vautrer dans le langage.

    Focus sur le texte de Laurent Gaudé, l’illustre maitre qui nous a offert le sublime Soleil des Scorta : un palais de marbre pour le grand Alexandre dont le rêve est de construire une tour de livres contenant tout le savoir humain : une babel de phrases entremêlées. Puis, il y a le palais de quartz de Hadès; la confrontation entre la mort et le vivant, le défi de l’un souhaitant, de son vivant, voir la mort en face.

    Plus que quelques minutes. Le drapé s’illumine, se colore, se nuance, se métamorphose contamment depuis plus d’une heure vingt-cinq. Une teinte musicale, encore, tinte. Emmanuel Schwartz module sa voix, prend des accents, personnifie, tantôt sombre tantôt défiant et le temps, que l’on pressentait harassant, soudain amenuisé, fait défaut. On s’alarme, on s’inquiète; on souhaiterait une agonie éternel tant les mots de Gaudé porté par Schwartz nous atteignent là, là au coeur et nous font nous sentir vivant.

  28. Alexandre fut un de mes premiers héros d’enfance. Son épopée incroyable est imprimée pour toujours dans ma mémoire. Rien ne lui résistait. Je ne l’aurais jamais imaginé faible, mourant, dépouillé, fléchissant le genou devant la mort. C’est la force du théâtre de nous transposer ce qu’on croit connaître dans une nouvelle réalité, de nous faire voir d’un axe différent. Le texte de Gaudé est en équilibre entre la grandiloquente déclamation grecque et le monologue intimiste, ce qui nous permet de croire à ce personnage qui se sait condamné mais qui reste prisonnier de son rôle de demi-dieu qu’il incarne depuis sa naissance. Emmanuel Schwartz est phénoménal. Il joue de sa voix, du regard, pour personnifier cette âme torturée qui continue de défier le monde à travers ce corps fourbu et condamné. Merci !

  29. J’ai été hypnotisée pendant 1 h 30. Totalement enlevée par M. Schwartz. Du très grand théâtre, comme on n’en voit que malheureusement très très rarement. Je me sens privilégiée d’avoir pu assister à cette représentation magistrale. Merci encore au Quat-sous !

  30. Quel moment de théâtre!!!
    Un texte d’abord… Une mise en scène qui sert le propos…Un jeu d’acteur plus grand que nature!
    Emmanuel Schwartz offre une grande performance!
    Merci pour ce beau moment!

  31. Ce grand moment théâtral magique est de toute évidence le fait de la rencontre de trois artistes de très grande envergure. La puissance du texte de Laurent Gaudé et la vision artistique que Denis Marleau fait déployer à travers le jeu puissant, juste et touchant d’Emmanuel Schwartz nous cloue littéralement sur place et nous font croire par moment que nous assistons à la fin d’Alexandre à travers la présence d’Adès.

    Merci messieurs de nous donner du si grand théâtre et merci aux hôtes du Quat’sous qui vous ont épaulés

  32. Chapeau bas à Emmanuel Schwartz ! La maîtrise de toutes les possibilités de sa voix et de son corps, rend cet interprétation, de ce très beau texte de Laurent Gaudé, un moment de théâtre absolument éblouissant ! Merci à vous Emmanuel Schwartz, à l’auteur, au metteur en scène et à toute l’équipe pour ce cadeau, à vous qui avez rendu ce pur bonheur possible.

  33. Très beau texte de Laurent Gaudé magistralement interprété par Emmanuel Schwartz.
    Performance théâtrale qui valait le détour.

  34. Sans avoir pu saisir toute les nuances de la mise en scène et du texte lui-même, je me suis néanmoins laissée happer par ce texte fort et sublime, et par la puissance du jeu du comédien. J’ai également beaucoup apprécié la discussion post-représentation avec les trois experts en histoire, philosophie et littérature.

  35. J’ai grandement apprécié le texte de Gaudé.
    Un grand texte…aussi grand, sinon plus, qu’Alexandre lui-même !

  36. Quelle performance d’acteur ! Quand le personnage parle de l’agression violente qui a défiguré et démembré son ennemi, je fermais les yeux parce que j’avais l’impression de voir la scène !

    La scénographie est aussi envoûtante.

    C’est une pièce très intense !

  37. C’est un moment unique! D’entendre ce prodigieux acteur nous clamer ce texte incroyable; il y a quelque chose du surréel! Je suis privilégiée d’y avoir assisté; je m’en souviendrai longtemps; une soirée prodigieuse, un acteur extraordinaire!

  38. Ce fut vraiment une performance impressionnante en plus des textes qui sont merveilleux. Cela faisait longtemps qu’une pièce m’avait laissé une impression aussi forte.

  39. J’ai assisté hier soir à cette pièce avec Emmanuel Schwartz qui à interprété Alexandre le Grand avec brio. Mise en scène de Denis Marleau excellente. En bref c’est majestueux !

  40. Emmanuel Schwartz démontre encore une fois son immense talent et nous fait voyager nous aussi, aux côtés d’Alexandre, à la poursuite du tigre bleu. Quelle belle soirée de théâtre!

  41. J’ai passé un moment inoubliable. Un texte où se côtoient la mort, la gloire, la fragilité, chez un être devenu un mythe. Un texte soutenu par un prodigieux acteur, qui m’a tenue en haleine et m’a éblouie par son jeu et son intensité… et sa force. Bravo à Schwartz et Gaudé.

  42. Je viens de sortir de la pièce. Troublée par une pièce magistrale, mais surtout par une prestation incroyable.

    Emmanuel Schwartz, vous m’avez suspendu à vos lèvres. Vos mots et votre interprétation m’ont précipité dans un monde, une histoire, une vie intense,

    Toute une pièce, du beau théâtre.

    Merci

  43. Merci pour ce moment de théâtre qui me portera longtemps. Le magnifique texte fût porté magistralement.
    Merci également de nous permettre d’aller plus loin avec la balado et les activités implicant Laurent Gaudé.

  44. Retenir son souffle pendant 1h30 tout en respirant l’approche de la mort d’Alexandre Le Grand. Excellente performance de Schwartz, mise en scène épurée et grandiose. Moment de théâtre dont on se souviendra! Merci!

  45. Parmi mes coups de théâtre, je compte Caligula avec Marc Béland, Le dragonfly of Chicoutimi avec Jean-Louis Millette, La cloche de verre avec Céline Bonnier, Tu te souviendras de moi avec Guy Nadon, Des promesses, des promesses avec Micheline Bernard, Caligula remix avec Emmanuel Schwartz et… Le Tigre bleu de l’Euphrate, toujours avec Emmanuel Schwartz! Quel souvenir inoubliable! Oui, mariage parfait entre un texte, un comédien, un corps, une voix et une mise en scène combien enveloppante! Merci à toute l’équipe qui a su nous plonger ainsi dans le mythe.
    P.S. Merci aussi au Quatsous pour la belle lecture de La maladie de Sacks rendue par J.Hyndman et F. Mallette. À retenir: On veut voir Fanny Mallette plus souvent sur la scène.

  46. Merveilleuse soirée avec Alexandre et Hadès, compagnons de fin de vie, devant le mystère qu’on voudrait pouvoir voir et saisir et contrôler, comme Alexandre avait conquis le monde connu.
    Comédien époustouflant, dans le sens littéral.

  47. Extraordinaire production : texte, mise en scène, décor, virtuosité du jeu, lumières. musique…
    tout se conjugue pour laisser un souvenir très fort!

  48. Les minutes, les heures n’existaient plus, absorbée par l’extraordinaire prestation de M. Schwartz, magistral tout au long de cette soirée théâtrale inédite ! Chaque geste savamment posé, en symbiose avec le texte, accentuant l’importance de chaque phrase, en parallèle avec le timbre de voix du comédien, sans faille ! Les projections vidéo renforçant les différentes périodes de vie, et la musique qui ne pouvait être autre que discrète, tout en étant bouleversante . Afin de conserver souvenir de cette magnifique prestance, relire le roman « Le Tigre bleu de l’Euphrate » de Laurent Gaudé. Bravo !

  49. Il y a de ces œuvres qui nous trotte en tête bien longtemps l’écoute ou la lecture. Une pièce qui nous fait réfléchir, méditer sur notre propre existence et la quête de notre propre Tigre bleu. Au delà du temps et de Alexandre, il y a la métaphore de nos propres conquêtes, nos propres quêtes. Merci pour cette belle opportunité de réflexion.

  50. Emmanuel Schwartz s’élève au rang des futurs grands interprètes du répertoire de Shakespeare. Il livre un texte brillant et dense dans une performance inspirée. Ce conquérant affamé et assoiffé, insatiable, est à l’image des mégalomanes les plus féroces de l’Histoire.
    Il a gagné toutes ses batailles, sacrifiant des armées entières, mais le voilà face à ce dernier ennemi, la Mort, assuré de ne pas gagner ce combat.
    Il choisit donc le monologue. Il n’essaie même pas de négocier avec elle… mais il constate l’immensité de son appétit pour les conquêtes.
    Un grand spectacle de théâtre, avec un auteur, un metteur en scène et un acteur époustouflants.

  51. Une soirée riche de surprises, tant par les qualités de l’acteur que par le décor épuré et le son presque silencieux. Quel bon acteur.
    Également, accueil très chaleureux des diplömés de UdeM.

  52. Est-ce moi qui suis dans le champs ou tous les autres? J’ai l’impression que c’est la balado qu’il faille commenter, pas la pièce comme telle. Je me tâte…
    En tous cas, la baladodiffusion, je l’ai bien appréciée. Il est toujours intéressant de comprendre le point de vue d’un auteur, d’un metteur en scène ou d’un comédien au sujet d’une oeuvre. Je suis très contente de votre arrivée à la direction du théâtre M. Kemeid. Je sens que vous allez lui insuffler le « Oumf » dont il avait bien besoin. Nous ne savions pas vraiment où nous allions avant, il n’y avait pas de ligne générale si je puis le dire ainsi. Lorsque nous allons à La Licorne, à L’Espace Libre, au Théâtre d’Aujourd’hui, par exemple, nous savons à peu près ce à quoi nous attendre. Et pour la balado, encore merci, je les écouterai toutes dorénavant.

  53. C’est un plaisir d’entendre l’auteur parler de sa pièce, de son Alexandre Le Grand qui n’a été « qu’un désir en mouvement « . ❤️! Bravo à Emmanuel Schwartz pour son interprétation, ses pauses parfaites et sa voix sublime. Super mise en scène sobre et efficace. Superbe fin tout en blanc puis noir soudainement. Je vais me procurer le livre pour revivre cette pièce qui m’a beaucoup plue. Bravo à toute l’équipe!

  54. Discussion très intéressante entre Laurent Gaudé et Olivier Kemeid. Félicitation au théâtre des Quat’sous!

  55. Ce furent de grands moments de théâtre que ce Tigre bleu de l’Euphrate que j’ai vu hier soir. Il faut beaucoup d’audace pour monter pareil spectacle, beaucoup d’intelligence, et surtout un certain sens du sublime. Je suis une inconditionnelle d’Ubu, de Denis Marleau, de Stéphanie Jasmin…. Quant à Alexandre lui-même… Quelle splendide performance . Nous sommes à Montréal, nous pourrions être à Paris.

    J’en suis encore toute émue !!!

  56. Voilà un comédien qui maîtrise ses gammes… J’avais eu grand plaisir à le voir jouer dans L’Iliade, et c’est avec bonheur que je l’ai retrouvé sur la scène du Quat’Sous, dans ce rôle qui lui va très bien. À la qualité de la prestation s’ajoutait la beauté des projections, fantasmagoriques. Félicitations!

  57. C’est 2 balado nous donne une ouverture grandiose de la pièce que je m’apprête à découvrir, merci pour la richesse de l’échange et la complémentarité des deux morceaux, l’attente est plus agréable

  58. Soirée hors du commun avec ce Tigre bleu de l’Euphrate. D’abord par la performance d’Emmanuel Schwartz qui m’a tenue au bout de sa voix tout au long de ce texte fort et nuancé, des premières phrases basses et graves jusqu’aux cris, de mots énoncés avec lenteur ou dans la précipitation et jusqu’à ce passage déstabilisant aux accentuations déplacées… La mise en scène, la musique, l’éclairage et les projections vidéos étaient parfaitement accordées au texte, le mettant en valeur sans jamais l’éclipser. Merci infiniment.

  59. Un moment d’exception d’une grande beauté,touchant,émouvant,intense et inspirant.
    Félicitations à Laurent Gaudé,Emmanuel Schwartz,Philippe Brault et tous les artisans de cet événement à la fois grandiose et minimaliste.

  60. Une performance époustouflante d’Emmanuel Schwartz et une mise en scène dont la sobriété mettait en relief toute l’intensité du propos.
    Bref, une soirée formidable!

  61. Bon sang, la voix de cet acteur joue avec son corps d’une manière peu commune ! Cet acteur joue d’Alexandre avec une intensité si forte qu’on en demeure scotché au siège tout au long de la pièce. Quel théâtre ! Quelle présence ! Quelle mise en scène ! Je veux dire toute cette voix me laisse sans voix. Le matériau de la mise en scène, c’est le corps d’Emmanuel Schwartz. Il nous prépare à ce qui va advenir quelques secondes avant que ça advienne, comme pour prévenir, comme pour préparer le drame. Il nous donne à voir de l’organique, du vrai théâtral et c’est si imposant, si inhabituel que ça nous laisse désemparés. Mais pourquoi ? Pourquoi est-ce si inhabituel ? Bah, c’est une autre question.

  62. Denis Marleau sert absolument bien le texte de Laurent Gaudé.
    Nous sommes transportés et toujours sur le fil tout au long de la prestation époustouflante d’Emmanuel Schwartz.

    Cette entrevue de Gaudé est particulièrement intéressante et cerne les intérêts de l’auteur..

  63. Un texte magnifique et une interprétation magistrale d’Emmanuel Schwartz. Bravo à toute l’équipe!

  64. C’est sans contredit une performance sans pareil d’Emmanuel Schwartz! Et que dire du texte! Laurent Gaudé maitrise l’art de transposer un récit à une pièce de théâtre. Bravo aussi à tous les artisans du Quat’sous.

  65. Quelle performance de Monsieur Schwartz! Nous avons été tenu en haleine du début à la fin. Mise en scène dépouillée et scénographie planante.

  66. Emmanuel Schwartz est un interprète exceptionnel. Le texte est d’une grande beauté. Grand moment de théâtre.

  67. Mon coup de coeur en théâtre cette année ; impressionnant Emmanuel Schwartz ; son jeu devait être à la hauteur de ce texte magnifique. Défi réussi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *