Sur les terres inconnues

 

Au moment où nous écrivons ces lignes, nous venons d’apprendre que nous pourrons ouvrir nos salles de spectacles le 22 juin, en y accueillant un maximum de 50 personnes distantes les unes des autres de 1,5 m. C’est assez pour commencer à construire une programmation alternative, c’est-à-dire adaptée aux circonstances, et trop tôt pour annoncer un plan précis. Et c’est surtout impossible de vous présenter un spectacle en des délais si serrés : il nous faut de deux à trois mois minimum pour préparer, répéter, monter, créer un spectacle.

Pourtant les urgences demeurent. Dans le cas d’une institution comme le Théâtre de Quat’Sous, nos priorités se concentrent sur trois secteurs : le public, les artistes et artisans, les employés. Nous nous efforçons chaque jour depuis le début de cette pandémie d’honorer notre responsabilité envers ces trois piliers, lesquels ont exprimé envers nous une solidarité sans failles. Les défis restent immenses.

Nous voulons donc vous remercier, cher public, vous qui n’avez jamais rompu vos liens avec nous, vous qui nous avez écrit fréquemment pour exprimer votre hâte à revenir nous voir. Un grand nombre parmi les 32 000 signatures que nous avons recueillies lors de la pétition « Pour les arts vivants » provenait de spectatrices et de spectateurs ; votre appui nous a profondément touchés.

 

C’est pour cette raison que nous travaillons, de concert avec les artistes, à offrir des événements publics cet automne, même en jauge réduite. Quelles formes prendront ces spectacles ?  Est-ce que ce seront des reprises, des créations, des projets hors-normes, des invitations à venir assister à des répétitions ? Nous ne le savons pas encore. Mais ce sera du théâtre – c’est ce que nous savons faire de mieux. Les projets seront en lien avec notre mission et notre mandat. Ils porteront les couleurs du Quat’Sous, défendront ce que nous chérissons. Ils auront du sens, ne souscriront à aucun empiètement sur la qualité, la pertinence.

 

La mise sur pied de ces projets ne s’effectuera pas sans oublier notre grande préoccupation quant au sort des artistes et artisans engagés dans les productions initialement prévues. Plusieurs d’entre eux se retrouvent dans une situation précaire, et nous travaillons fort pour trouver des solutions. Notre mouvement « Pour les arts vivants » en faisait également sa priorité, comme les représentations politiques de nos associations qui ont martelé ce point névralgique. La récente confirmation d’une prolongation de la PCU apporte en ce sens des lueurs d’espoir ; il faudra d’ailleurs se pencher plus sérieusement sur cette question du filet social, au-delà de la pandémie.

 

À quelques jours d’un repos bien mérité pour une équipe qui a traversé une période des plus troubles de l’histoire du Quat’Sous, et avant la réouverture du théâtre au mois d’août, voici ce que nous pouvons annoncer : le report de tous les spectacles prévus cet automne, à des dates que nous vous communiquerons lorsqu’elles seront toutes confirmées ; le maintien pour l’instant de la saison prévue à partir de janvier 2021, maintien que nous réévaluerons à l’automne selon l’évolution de la situation sanitaire ; des projets pour cet automne que nous vous dévoilerons lors de la rentrée, au mois d’août.

 

Nous espérons fortement que plusieurs de nos questions trouveront réponse lors de cette rentrée. Nous aurons en main le Guide sanitaire que nous appliquerons à notre institution afin d’accueillir le personnel, les artistes et les spectateurs en toute sécurité.

 

L’inconnu, ce n’est pas le vide. Nous sommes habitués en tant qu’artistes à composer avec l’inconnu ; mieux, cela nous stimule. Avancer à tâtons, dans le noir, bandeau sur les yeux : nous savons faire. Cela ne veut pas dire tomber dans le gouffre sans fin, l’abîme sans fond dans laquelle nous étions plongés jusqu’à peu.

 

En espérant que vous vous joigniez à nous cet automne sur les terres inconnues,

 

Olivier Kemeid, et toute l’équipe du Théâtre de Quat’Sous

À te regarder, ils s'habitueront (2017)  en répétition, ©Jérémie Battaglia