Bell + Hydro-Québec

Historique – 60e

Fondé en 1955, le Théâtre de Quat’Sous célèbre ses 60 ans dans le cadre de la saison 2015-2016.

Lancé en boutade par Claude Robillard, le nom de Quat’Sous est retenu par Paul Buissonneau pour présenter son équipe au Festival d’art dramatique du Québec en 1955. Neuf ans plus tard, la troupe fait l’acquisition d’une synagogue située au 100, avenue des Pins Est, en vue d’en faire son théâtre. C’est ainsi que le 3 décembre 1965, avec La Florentine de Jean Canole, Paul Buissonneau et ses complices Yvon Deschamps, Claude Léveillée, Jean-Louis Millette et Louise Latraverse inaugurent un petit théâtre chaleureux, mettant fin à dix années de nomadisme.

En mai 1968, Paul Buissonneau met en scène L’Osstidcho, qui révèle au public Robert Charlebois, Yvon Deschamps, Louise Forestier, Mouffe et le Quatuor de jazz libre du Québec. Ce spectacle aux allures de happening, d’une rare vitalité théâtrale et musicale, restera l’un des événements culturels ayant le mieux incarné les mutations des valeurs profondes de la société québécoise d’alors. Paul Buissonneau quitte en mai 1984 la direction artistique du Théâtre pour se consacrer principalement à la mise en scène. Le 21 septembre 1998, il reçoit le Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène, prix qui marque sa contribution exceptionnelle à la scène théâtrale.

En septembre 1984, la comédienne Louise Latraverse prend la relève et, dans l’esprit de son prédécesseur, poursuit la promotion de jeunes créateurs. Elle révèle, entre autres, le travail du Théâtre Repère de Québec et de Robert Lepage ainsi que René Daniel Dubois avec Being at home with Claude.

En septembre 1986, c’est au tour de Louison Danis de prendre en main la direction artistique. D’entrée de jeu, elle monte sur scène pour Écart-temps de John Hopkins, sous la direction d’Alexandre Hausvater. En 1987, avec In Extremis, elle propose une autre facette de son talent en traduisant Extremities de William Mastrosimone.

En 1988, Pierre Bernard devient le quatrième directeur artistique du Quat’Sous et présente en ouverture de sa première saison Elvire Jouvet 40, une pièce phare en matière de réflexion sur le monde du théâtre. Déjà, en 1985, il avait élargi le mandat du Théâtre en créant les Auditions générales du Quat’Sous, un soutien aux acteurs de la relève. Créateur et tisseur de liens, Pierre Bernard a su valoriser, en 12 saisons à la tête du Quat’Sous, une audace que les abonnés ont pris plaisir à endosser, année après année. Traces d’étoiles, Variations sur un temps, le cycle Motel de passage et plusieurs autres pièces auront marqué son parcours. Il a lui-même choisi son successeur, tendant la main à l’auteur, metteur en scène et comédien Wajdi Mouawad.

Wajdi assure la direction artistique du Théâtre de Quat’Sous de janvier 2000 à juin 2004. À travers un voyage passionné au coeur du monde, il a sans cesse questionné l’utilité de l’art dans nos vies, dans ce qu’il appelait le petit grand théâtre. Novecento, La cloche de verre et Incendies, ont, entre autres, été des oeuvres marquantes. À son départ, Wajdi Mouawad veut pointer un nouvel horizon pour la maison de l’avenue des Pins. Il souhaite un créateur pour lui succéder; un artiste qui aurait le désir de bousculer ce que nous connaissons de la direction d’un Théâtre.

C’est donc l’arrivée d’Eric Jean en août 2004. Créateur audacieux, il propose une dramaturgie éclatée, de nouveaux savoir-faire. Ainsi, des pièces telles que W;t , Hippocampe, Opium_37, Les morb(y)des et Testament ont remporté un vif succès, tant public que critique. C’est au printemps 2009 que le Quat’Sous a pu célébrer en grande pompe sa réouverture avec le happening poétique Dans les charbons.

Encore aujourd’hui, foyer d’avant-garde et de lumineuses insolences, le Quat’Sous continue de déjouer les conventions, de clamer des paroles plurielles dans la cité, d’embrasser des dramaturgies nouvelles pour des spectateurs curieux et allumés.

En 2014, le fondateur Paul Buissonneau s’éteint. Des centaines de personnes viennent lui rendre un dernier hommage à la chapelle Notre-Dame-du-Sacré-Cœur, témoignant de leur immense admiration pour cet important créateur. Une bourse est créée en son nom, afin de soutenir le travail de recherche des artistes issus de la nouvelle génération qui sont en résidence au Quat’Sous.

Historique – 60e

« Ne comptez jamais sur rien, ne restez ni sur un échec, ni sur un succès. Commencez toujours autre chose, c’est la suite qui compte. »
– Paul Buissonneau

Témoignages

En 2015, le Théâtre de Quat’Sous a fêté ses 60 ans. Plusieurs personnalités de la scène artistique lui ont adressé leurs vœux. Découvrez-les ici.