Courir l’Amérique Un spectacle de Alexandre Castonguay, Patrice Dubois et Soleil Launière
D’après les livres Ils ont couru l’Amérique et Elles ont fait l’Amérique de Serge Bouchard et Marie-Christine Lévesque

3 → 28 mars 2020

Une production du Théâtre PÀP, compagnie résidente au Théâtre de Quat’Sous, en coproduction avec le Petit Théâtre du Vieux Noranda (Rouyn-Noranda), et en collaboration avec le Théâtre populaire d’Acadie (Caraquet), le Théâtre du Nouvel-Ontario (Sudbury), le Théâtre Cercle Molière (Winnipeg), la Troupe du Jour (Saskatoon) et CD Spectacles (Gaspé)

Co-mise en scène Patrice Dubois et Soleil Launière
Assistés par Adèle Saint-Amand
Avec Alexandre Castonguay, Patrice Dubois et Soleil Launière et la présence de citoyens sur scène

Décor Pierre-Étienne Locas
Costumes Estelle Charron
Composition Ludovic Bonnier
Éclairages Letitia Hamaoui
Conception vidéo Dominique Hawry
Soutien dramaturgique et collaboration à l'écriture Sophie Devirieux

Production et soutien à la création Julie Marie Bourgeois
Direction de production Cynthia Bouchard-Gosselin
Direction technique Rebecca Brouillard
Régie Adèle Saint-Amand
Régie de plateau Félix Tremblay-Therrien
Collaboration artistique aux premières étapes de travail Renée Blanchar, Zoé Fortier et Sébastien Gaillard

Partenaires du Théâtre PÀP

Conseil des arts du Canada Conseil des arts et des lettres du Québec Conseil des arts de Montréal Secrétariat aux relations canadiennes

Activités parallèles

Les discussions | Courir l’Amérique | Découvrez la saison

Discussion avec le public

Mardi 10 mars 2020
Après la représentation

Découvrez les anecdotes, mystères et réflexions qui ont jalonné le parcours créatif du spectacle. Sympathiques et conviviales, nos discussions avec le public vous permettent de converser avec Olivier Kemeid et les artistes de la pièce à laquelle vous venez d’assister.

L'heure du conte | Courir l’Amérique | Découvrez la saison

L'heure du conte

Samedi 21 mars 2020 à 16 h
Avec Ariel Ifergan

Crédit photo Alexandre Fréchette

Pour une onzième année, le Quat’Sous encourage la vie culturelle des familles! Pendant que vous assistez à la représentation dans la salle le samedi après-midi, vos enfants, petits-enfants, nièces ou neveux de 5 à 9 ans assistent à un spectacle de contes. Celui-ci est suivi d’une pause-collation et se termine par une activité d’arts plastiques.

Activité gratuite pour les enfants des spectateur•trice•s.
Réservation requise

Les 5 à 7 du vendredi | Courir l’Amérique | Découvrez la saison

Les 5 à 7 du vendredi

Tous les vendredis, les soirs de représentations

Dans l’ambiance d’un 5 à 7 décontracté, célébrez la fin de la semaine et échangez avec artistes, ami•e•s et collègues à la bonne franquette. Et si l’esprit est vif et aiguisé, mais que le ventre est vide, l’équipe du Quat’Sous vous propose quelques gourmandises à grignoter.

« Tout le monde que je rencontre me parle d’oublis, de lignes, d’impossibilités. Je frappe un esti de mur. Au point de ne plus être certain de la mienne, mon histoire. »

La traversée des Européens en Amérique s’est accomplie en versant beaucoup de sang. Les répercussions se sentent autant dans l’extinction du peuple béothuk au 19e siècle que dans les enquêtes sur les femmes autochtones disparues d’aujourd’hui. L’histoire rejoue en boucle le spectacle de l’absurde.

Avec comme matière première les livres de Serge Bouchard et Marie-Christine Lévesque Elles ont fait l’Amérique et Ils ont couru l’Amérique, Alexandre Castonguay, Patrice Dubois et Soleil Launière découvrent de fascinantes figures délaissées par l’histoire officielle. Ils cherchent de quoi sont composés les récits qu’on nous a toujours servis; à l’école, à la maison, dans les journaux ou à l’église. Encore une fois, des questions persistent : comment savoir si les histoires qui nous parviennent sont exactes? Par qui et à quelles fins ont-elles été écrites?

Courir l’Amérique prend la forme d’une conversation à plusieurs voix et convoque les remarquables oubliés du passé pour mieux envisager le temps présent. Le spectacle cartographie nos mémoires individuelles et collectives, notre rapport à la connaissance, mais également, et surtout, à notre propre ignorance.

En images

Crédit photo : Julie D’Amours-Léger